Message de l’honorable Maryam Monsef, Ministre de la Condition féminine

Stratégie fédérale contre la violence fondée sur le sexe

Aujourd’hui encore, la violence fondée sur le sexe (VFS) a des effets dévastateurs sur les Canadiennes et Canadiens au plan individuel, familial et collectif. Les séquelles de la VFS peuvent durer longtemps et compromettre de nombreux aspects de la vie d’une personne — par exemple, lui faire craindre pour sa sécurité même à la maison, compliquer son accès à l’emploi, la couper de sa famille, de ses amies et amis ou de sa communauté. Les séquelles de la VFS persistent souvent longtemps après l’arrêt de la violence elle-même. Il est temps que ça change.

Pour que le Canada réalise son plein potentiel, il faut que ses citoyennes et citoyens aient tous la possibilité de s’épanouir, quelles que soient leurs origines et identités. Voilà pourquoi nous devons travailler ensemble à prévenir la VFS.

Il est temps que le savoir circule. Il est temps de croire les victimes, il est temps de passer à l’action. Voilà pourquoi je suis fière d’annoncer Il est temps : La stratégie du Canada pour prévenir et contrer la violence fondée sur le sexe.

Je suis particulièrement reconnaissante à ma prédécesseure, l’honorable Patty Hajdu, pour l’impulsion formidable qu’elle a donnée à cette entreprise. En effet, elle a dirigé le processus de dialogue qui a été mené pour préparer la stratégie. En 2016, la ministre Hajdu a consacré plusieurs mois à écouter les Canadiennes et Canadiens — des universitaires, des expertes et experts, du personnel intervenant en première ligne ainsi que des personnes ayant elles-mêmes survécu à la VFS. Leurs réflexions et observations ont guidé chaque étape du processus, et je tiens à souligner leur contribution.

La VFS ne touche pas de la même manière une immigrante vivant à Vancouver, une étudiante sur un campus de Hamilton, une Monctonienne en situation de handicap ou une adolescente inuite à Cambridge Bay, et certaines personnes dans la population canadienne y sont plus vulnérables. Il est temps tient compte de tous ces facteurs et propose des interventions adaptées aux besoins et au vécu des populations hétérogènes du Canada.

La VFS peut sévir n’importe où, et toucher n’importe qui. Nos efforts pour la prévenir et la contrer doivent reposer des données probantes. Il y a déjà de nombreuses initiatives utiles en cours au pays, et la Stratégie en tient compte en misant sur la complémentarité. Nous continuerons à explorer les possibilités de concertation avec les autres parties prenantes, notamment les gouvernements provinciaux et territoriaux.

Nous avons toutes et tous un rôle à jouer pour contrer la VFS. Il faut nous concerter avec nos divers partenaires dans la collectivité pour démultiplier les retombées de nos efforts. Ensemble, nous pouvons bâtir un Canada encore plus sûr et inclusif; nous pouvons libérer les générations futures du fléau de la VFS en la stoppant avant même qu’elle ne commence.

L’honorable Maryam Monsef, C.P., députée
Ministre de la Condition féminine

Date de modification :