Cahier de breffage ministériel de Condition féminine Canada
Stratégie et plan d’action fédéral sur la violence basée sur le genre

Contexte

Malgré une baisse constante du taux global de crimes violents au Canada, la violence faite aux femmes et aux filles reste répandue. Comparativement aux Canadiens, les Canadiennes courent davantage le risque de subir certaines formes de violence, telle que la violence sexuelle, la violence entre partenaires intimes ou violence conjugale), l’homicide conjugal et le harcèlement criminel. Le leurre d’enfants sur Internet est un phénomène qui touche surtout les filles, qui sont aussi plus souvent victimes de violence sexuelle ou familiale que les garçons. Certaines populations de femmes sont en outre plus vulnérables à la violence, notamment les jeunes, les Autochtones, les immigrantes, celles qui ont un handicap et celles qui s’identifient comme lesbiennes, bisexuelles ou transgenres.

Une coalition formée d’expertes et d’experts, d’organismes non gouvernementaux et de syndicats canadiens exhorte le gouvernement fédéral à se doter d’un plan d’action national sur cette question et d’y adjoindre des ressources suffisantes. Il est nécessaire de mieux lutter contre la cyberviolence, la violence et le harcèlement sexuels ainsi que la violence faite aux femmes et aux filles autochtones au Canada, comme en attestent les demandes répétées pour une enquête nationale sur les femmes autochtones disparues ou assassinées et la récente couverture médiatique, qui a mis en lumière des pratiques policières abusives, une généralisation de la violence et du harcèlement à caractère sexuel sur les campus canadiens, dans l’armée et dans le cyberespace.

Situation actuelle

À l’heure actuelle, le Canada n’a pas de plan d’action national sur la violence faite aux femmes et aux filles. En matière de lutte contre la violence, le gouvernement du Canada a plutôt privilégié une approche générale, indépendante des considérations de genre, et la majorité de ses initiatives sont axées sur la violence familiale ou les victimes d’actes criminels dans leur ensemble. Nombre de ces efforts s’inscrivent dans l’Initiative de lutte contre la violence familiale, initiative interministérielle de longue date que dirige l’Agence de la santé publique du Canada. L’élimination de la violence faite aux femmes et aux filles est une priorité propre à Condition féminine Canada. Son Programme de promotion de la femme offre un financement de durée limitée à des organismes partout au Canada pour des projets qui visent à contrer la violence faite aux femmes et aux filles. Les récents appels de propositions du Programme ont porté sur la prévention de la cyberviolence et de la violence sexuelle, de même que sur l’établissement de partenariats pour éliminer la violence faite aux femmes et aux filles. Parmi les autres initiatives fédérales pertinentes figurent notamment le Plan d’action pour contrer la violence familiale et les crimes violents à l’endroit des femmes et des filles autochtones, et le Plan d'action national de lutte contre la traite de personnes.

Certaines provinces ont adopté des plans pour contrer la violence dont l’approche est fondée sur l’égalité entre les sexes (p. ex., Ontario, Colombie-Britannique, Québec). Plusieurs autres pays ont aussi mis en œuvre des plans d’action nationaux pour contrer la violence faite aux femmes et la violence fondée sur le sexe, notamment le plan de l’Australie qui s’échelonne sur 12 ans et qui est considéré comme un des plus complet, National Plan to Reduce Violence Against Women and their Children (Plan national pour réduire la violence faite aux femmes et à leurs enfants).

Date de modification: