Semaine de sensibilisation à l'ACS+ 2017

Bannière de la Semaine de sensibilisation à l'ACS+ 2017

Du 29 mai au 2 juin 2017, le gouvernement du Canada a présenté sa 6e semaine annuelle de sensibilisation à l’ACS+. Le thème de cette année était ACS+ : Inclusion. Innovation. Pour les 150 prochaines années.

En cette année où le Canada célèbre le 150e anniversaire de la Confédération, nous nous tournons vers le futur – un futur où le Canada est un chef de file mondial en matière d’innovation et de croissance inclusive. L’analyse comparative entre les sexes peut nous aider à concrétiser cette vision.

La diversité est facteur d’innovation.

Il faut une vaste gamme de points de vue, de connaissances et de compétences pour concevoir et mettre en œuvre de nouvelles idées. Le Canada s’efforce de devenir chef de file mondial en matière d’innovation; pour y arriver, il doit tirer parti des talents de l’ensemble de la population canadienne. C’est là que l’analyse comparative entre les sexes plus (ACS+) entre en jeu.

L’ACS+ est la clé

L’ACS est une méthode d’analyse qui sert à évaluer les répercussions éventuelles de lois, de politiques, de programmes, de services et d’initiatives sur des populations de femmes, d’hommes et de personnes allosexuelles d’horizons divers. L’ACS est un des outils que le gouvernement du Canada utilise pour assurer une croissance inclusive et une économie favorable pour tout le monde.

Prenez part à la Semaine de sensibilisation à l’ACS+

La Semaine de sensibilisation à l’ACS+ offre aux organisations fédérales une occasion de planifier des événements et des activités d’apprentissage qui font ressortir comment l’ACS+ appuie leur travail et crée des politiques, programmes et services efficaces pour la population canadienne. Voici comment vous pouvez y participer :

Regardez nos vidéos microleçons :

L’ACS+ : Au-delà du sexe et du genre

L’ACS+ : Au-delà du sexe et du genre - Transcription

S’il vous est arrivé de manquer de compréhension envers une autre personne, on vous a probablement
dit : « Mets-toi donc dans sa peau! »

Bien sûr, on ne change pas de peau comme on change de chemise…

Mais à défaut de pouvoir changer de peau, il y a l’analyse comparative entre les sexes
plus - l’ACS+.

L’ACS+ sert à déterminer l’effet que pourrait avoir votre initiative sur différents
groupes de personnes.

Alors, comment cela fonctionne-t-il?

Faire une analyse comparative entre les sexes consiste à rassembler de l’information
sur la façon dont certains groupes peuvent vivre différemment la même situation,
ou quels effets pourraient avoir sur eux tel ou tel changement aux politiques, aux programmes
et aux services.

C’est l’occasion pour vous de cerner les risques et les possibilités entourant votre
initiative quand vous la concevez… et de formuler des stratégies d’atténuation
en conséquence.

Commençons par le commencement. Qu’est-ce qui vous définit? Votre âge? Votre origine
ethnique? L’endroit où vous vivez?

C’est tout cela et plus encore. Voilà ce qu’on appelle des facteurs identitaires.

Le sexe et le genre, deux d’entre eux, sont à la base de l’A-C-S-plus. Les termes « sexe »
et « genre » sont souvent utilisés de manière interchangeable, bien qu’il s’agisse
de concepts différents.

Le sexe, qui désigne un ensemble d’attributs biologiques, est associé à des caractéristiques
physiques et physiologiques.

Il renvoie d’ordinaire à la notion de femme ou d’homme, mais les attributs biologiques
et leur expression varient.

Le genre, quant à lui, renvoie aux rôles, aux comportements, aux expressions et aux
identités d’origine sociale des gens.

Le genre contribue à définir la perception qu’ont les gens d’eux-mêmes et d’autrui,
de même que leur façon d’agir et d’interagir.

Il peut même influencer la répartition du pouvoir et des ressources au sein d’une
société.

De multiples facteurs se recoupent pour définir notre identité.

C’est ce qu’on appelle l’intersectionalité.

Le « plus » signifie que l’analyse comparative entre les sexes plus va au-delà des notions
du sexe et du genre et qu’elle s’intéresse à leur recoupement avec d’autres facteurs
d’identité, comme la race, l’ethnicité, la religion, l’âge ou le fait d’avoir
une déficience physique ou intellectuelle.

Utilisez l’A-C-S-plus pour examiner tous les facteurs d’identité qui se recoupent
d’un groupe de personnes à l’autre pour formuler, réaliser et évaluer vos initiatives dans le cadre d’une démarche plus inclusive.

Visitez le site de Condition féminine Canada et consultez l’outil de travail Démystifier
l’ACS+ sur GCpédia.

Les personnes à l’extérieur de la fonction publique du Canada peuvent communiquer avec
nous pour obtenir plus de renseignements.

L’ACS+ : Égalité ou équité?

L’ACS+ : Égalité ou équité? - Transcription

Il est beaucoup question d’égalité des sexes ces temps-ci au Canada. Que signifie
l’égalité dans les faits? Comment peut-on la réaliser? S’agit-il de traiter tout
le monde de la même façon?

Beaucoup d’entre nous ont vu des variantes de cette illustration qui compare l’égalité
et l’équité.

Ces notions sont apparentées, mais pas identiques.

Dans cette scène, toutes les personnes sont aidées de la même façon; on suppose donc
qu’elles retireront le même bénéfice. C’est ce qu’on entend pas le terme « égalité de traitement ».

On a le sentiment que les choses sont justes quand il y a équité. L’équité exige
souvent un traitement différent. Chaque personne est aidée d’une façon différente afin
de pouvoir profiter également de la vue. Chacune reçoit un traitement équitable.

Cette scène illustre le principe d’équité.

Dans cette scène, l’obstacle systémique qui gênait la vue a été enlevé. Les personnes
peuvent toutes voir sans aide ou mesures d’adaptation. Cette scène illustre ce qu’est l’égalité véritable.

L’égalité des sexes signifie que les personnes, indépendamment de leur sexe ou de leur genre,
bénéficient de conditions égales pour exercer leurs droits fondamentaux.

Ces personnes participent à part égale à la vie dans leur foyer, leur communauté
et leur société.

Tout le monde ne vit pas de la même façon une situation donnée par exemple l’accès
aux services et à l’emploi ou l’expérience de la violence.

Les obstacles peuvent être structurels ou non, voulus ou accidentels.

Comment pouvons-nous reconnaître et éliminer les obstacles systémiques?

L’analyse comparative entre les sexes plus, ou ACS+, est une méthode qui permet d’évaluer
l’effet qu’une initiative pourrait avoir sur différents segments de la population.

Le « plus » signifie ici que l’analyse va au-delà du sexe et du genre, et comprend
l’examen de nombreux autres facteurs identitaires.

De multiples facteurs identitaires se recoupent pour faire de chaque personne ce qu’elle est.

L’équité et l’égalité ne concernent pas seulement le sexe.

Éliminer les obstacles pour un segment particulier de la population peut en fin de compte aider
beaucoup de gens. Pensez, par exemple…
• aux versions de documents en gros caractères pour les personnes qui ont une déficience visuelle;
• aux uniformes qui permettent le port de vêtements religieux;
• aux toilettes familiales pour les parents accompagnés de jeunes enfants;
• des politiques de congé parental flexibles.

Chacune et chacun d’entre nous a des préjugés qui peuvent nuire à notre capacité d’évaluer
quand des mesures sont nécessaires pour assurer l’équité. C’est là toute l’utilité
de l’ACS+. Elle nous permet de mettre de côté nos suppositions et de réfléchir
objectivement aux conditions de vie de personnes d’horizons divers ainsi qu’aux différents
effets que peuvent avoir sur elles les politiques et les programmes. En prenant maintenant des
mesures qui favorisent l’équité, nous pourrons jouir d’une société vraiment
égalitaire à l’avenir.

Visitez le site de Condition féminine Canada et consultez l’outil de travail Démystifier
l’ACS+ sur GCpédia.

Les personnes à l’extérieur de la fonction publique du Canada peuvent communiquer avec
nous pour obtenir plus de renseignements.

Faites connaître les faits :

Fait 1
Version accessible de l'image

Qu’est-ce que l’analyse comparative entre les sexes plus?

L’analyse comparative entre les sexes+ (ACS+) est une démarche analytique servant à évaluer les répercussions que pourraient avoir les politiques, programmes, services et autres types d’initiatives sur des populations de femmes, d’hommes et de personnes d’horizons divers. À noter que le sexe et le genre ne sont pas les seuls facteurs examinés avec l’ACS+ : le « plus » correspond à tous les autres facteurs identitaires comme la race, l’origine ethnique, la religion, l’âge et l’incapacité mentale ou physique.

Fait 2
Version accessible de l'image

Remettez vos suppositions en question avec l'ACS+

Nous avons tous des idées préconçues qui colorent notre vision du monde. L’ACS+ nous aide à examiner et à remettre en question les suppositions que nous avons au sujet d’une question ou d’un segment de la population. Cela constitue la première étape d’une démarche pour remédier à l'inégalité.

Fait 3
Version accessible de l'image

L’ACS+ s’applique à bien plus que la politique sociale

L’utilisation de l’ACS+ n’est pas restreinte aux secteurs de politique sociale comme les soins de santé, la garde des enfants et l’éducation. Elle doit aussi être appliquée à tous les secteurs d'activité du gouvernement, y compris ceux qui sont hautement opérationnels comme les secteurs militaire et de la défense, la gestion des frontières, les services correctionnels et d’autres secteurs de sécurité publique.

Fait 4
Version accessible de l'image

Utilisez l’ACS+ pour faire le suivi et l’évaluation de vos résultats

L’ACS+ doit être intégrée à toutes les étapes du cycle des politiques, de l’élaboration à l’évaluation, en passant par la mise en œuvre.

Fait 5
Version accessible de l'image

L’ACS+ mène vers l’égalité

Grâce à l’ACS+, les populations de femmes, d’hommes et de personnes d’horizons divers ont la possibilité de participer pleinement à tous les aspects de la vie canadienne et de contribuer à bâtir une société inclusive et démocratique.

Date de modification: